Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Communiqué

Le 18 mai 2015 à 19 heures aura lieu le vernissage de l'Expo-Atelier « Au bout de nos ombres, la légende de l'amour sans fin ® », à la galerie Novera ou nous vous attendons pour voir les œuvres et écouter de la poésie et le récit du long chemin de la Méditerranée à la mer Noire, passant par l'île de Malte…

Galerie ouverte toutes les jours de 11h à 20h, du 18 au 25 mai 2015.

Expo-Atelier d’Arts, du 18 au 24 mai 2015

Galerie NOVERA: 2, rue Pierre Le Grand, 75008 PARIS, près de la Salle Pleyel

 

Recherche

14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 11:49

Le point de vue de l’Union Nationale de la Propriété Immobilière (UNPI)

CONFÉRENCE DE PRESSE

Tuileries-Solferino-055.jpg Jean PERRIN (photo: E. CRIVAT)

La loi de finances rectificative pour 2012, votée par le Parlement le 29 février 2012,  prévoit  notamment une augmentation de 2 points du prélèvement social sur les revenus du patrimoine, ce qui portera l’ensemble des prélèvements sociaux de 13,5 % à 15,5 % (cette augmentation intervient après celles de 2011).

A deux mois de l’élection présidentielle, Jean Perrin, président de l’UNPI, s’interroge sur la fiscalité qui pèse sur l’investissement locatif (dans l’ancien en particulier).

La rentabilité nette, après impôts, tend à se rapprocher de zéro.

Chaque jour, de nouvelles mesures inacceptables sont envisagées.

Les propriétaires crient au racket fiscal qui assassine l’investissement immobilier locatif. C’est déjà 75% des revenus locatifs qui échappent au propriétaire.

L’UNPI souhaite alerter l’opinion sur le phénomène de désinvestissement massif qui se produira dans le secteur de l’immobilier, alors même que l’Etat compte sur les bailleurs privés pour essayer de résoudre la crise du logement dans les zones tendues.

Ce choix d'augmenter la pression fiscale sur les bailleurs est une erreur stratégique. Le nécessaire rééquilibrage des comptes publics doit passer principalement par une réduction des dépenses publiques et non par une pression fiscale accrue qui devient une véritable spoliation.

L'intervention de Jean PERRIN en AUDIO

(à suivre)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gabi 07/06/2012 11:15


Mais non! Je l'ai vu aussi!
La normalité, c'est mon crédo... Et comme le changement c'est maintenant, Françaises, Français, je vous le dis : Avant, vous étiez heureux, mais ça, c'était avant... 

Anne Pronier 11/04/2012 11:08


L’UNPI a pris connaissance avec stupeur des propositions figurant en pages 10 et 11 du programme de Nicolas SARKOZY. Il s’agit de la suppression de la
déductibilité des  « gros » travaux des revenus fonciers.


Traitée comme une vulgaire niche fiscale, cette déductibilité ne subsisterait que pour les travaux d’accessibilité aux personnes handicapées et pour les travaux
de désamiantage.


L’UNPI relève tout d’abord l’imprécision des termes employés, la notion de gros travaux n’existant pas dans le droit commun des revenus
fonciers.  S’agit-il des travaux d’amélioration (actuellement déductibles), d’agrandissement (non déductibles), ou de tous les travaux s’ils sont importants
quantitativement ?


Par ailleurs, et contrairement à ce qui est annoncé, il n’y a pas de lien direct entre travaux et montant des loyers, la plupart des travaux exécutés permettant
seulement de maintenir les logements dans le niveau des loyers de marché.


Chacun imagine les conséquences catastrophiques d’une telle mesure si elle était adoptée, en termes d’emploi, de qualité de l’habitat, de baisse des impôts
encaissés etc.


Par la voix de son président, Jean PERRIN, l’UNPI rappelle que cette mesure nécessite une loi, et ne peut donc être adoptée avant les élections. 


Chaque électeur se prononcera en connaissance de cause des différents programmes des candidats à l’élection présidentielle, pour ne pas nourrir à nouveau des
regrets.


Il est clair que cette mesure, après la réforme des plus-values, la hausse des prélèvements sociaux, de la TVA etc… signerait irrémédiablement la fin de
l’investissement privé dans le parc locatif.

S.M. 26/03/2012 18:52


« La tendance se confirme… Suite à la baisse significative
du nombre des transaction ces derniers mois, de nombreuses agences immobilières sont en train de créer des départements location et administration de
biens », déclare Benoit Dumortier, co-fondateur de
BePrem’s, première plateforme de
centralisation et de vérification des dossiers de location.« De fait, la baisse des commissions induite par la baisse
du nombre de transaction incite les agents immobiliers à se diversifier et à trouver d’autres sources de revenus. »

Articles Récents

Concours