Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Communiqué

Le 18 mai 2015 à 19 heures aura lieu le vernissage de l'Expo-Atelier « Au bout de nos ombres, la légende de l'amour sans fin ® », à la galerie Novera ou nous vous attendons pour voir les œuvres et écouter de la poésie et le récit du long chemin de la Méditerranée à la mer Noire, passant par l'île de Malte…

Galerie ouverte toutes les jours de 11h à 20h, du 18 au 25 mai 2015.

Expo-Atelier d’Arts, du 18 au 24 mai 2015

Galerie NOVERA: 2, rue Pierre Le Grand, 75008 PARIS, près de la Salle Pleyel

 

Recherche

1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:32

img_1775.jpg

Eléments pour une expertise «ImmoDurable» et le développement urbain

NOTE D’INFORMATION (extraits)

Service des Études économiques et de la Prospective

Délégation pour la Planification

En définitive, en dehors des statistiques publiques sur la construction et la commercialisation de logements neufs, les indices existants sont issus de sources privées, c’est-à-dire calculés à partir de données fournies sur la base du volontariat par les professionnels de l’immobilier. Les deux indices des prix des logements anciens existants sont fondés sur un champ étendu mais non exhaustif de données et sont construits selon des méthodes sophistiquées permettant de corriger les évolutions des effets structurels et qualitatifs :

- les indices Notaires-INSEE reposent sur la base de données la plus large, mais ils ont l’inconvénient d’être publiés avec un certain retard ;

- les indices FNAIM, d’une publication plus rapide, se fondent sur une base de données moins complète ; leur mode de calcul détaillé ne fait pour le moment l’objet que d’une publication succincte.

Un rapprochement des acteurs serait utile pour déterminer les raisons de fond à l’origine des divergences existant entre les deux principaux outils de mesure des prix immobiliers.

S’agissant des logements neufs, les marges de progression sont encore plus grandes puisqu’il n’existe pas, à ce jour, d’indice retraçant de façon satisfaisante leur évolution «pure», corrigée des effets de qualité.

Enfin, le caractère économiquement et socialement sensible du prix des logements devrait inciter à promouvoir l’information immobilière de source publique. A cette fin, les sources fiscales et foncières pourraient être mieux utilisées.

Demeure également posée la question de la qualité de l’information transmise aux agents de marché, en particulier aux acquéreurs individuels qui n’ont pas facilement accès aux éléments d’information sur les prix concrètement pratiqués dans les zones où ils projettent des achats.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

SdM 20/04/2011 19:48



Patrimoine de l’État : 1.700 biens à vendre d’ici 2013


L’État a établi une programmation pluriannuelle des cessions immobilières.


“Notre ambition est de disposer d’un parc immobilier plus resserré et mieux adapté aux missions de l’État”,
a résumé le ministre du Budget, François Baroin, en présentant un plan pluriannuel 2010-2013.


De la maison forestière sans électricité au château sur les bords du lac
Léman, le gouvernement ne se séparera “que des biens immobiliers inutiles ou inadaptés, au lieu de les conserver en les laissant se dégrader”.


Le gouvernement table sur la réduction de 500.000 mètres carrés d’ici à 2012, près de trois fois plus qu’au
cours des trois dernières années, marquées par la crise de
l’immobilier. “L’État ne vendra pas ses biens en-dessous de la valeur vénale estimée”.


Entre 2005 et 2007, certains acquéreurs avaient réalisé des plus-values
importantes quelques mois après avoir acquis un bien immobilier de l’État.



Articles Récents

Concours