Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Communiqué

Le 18 mai 2015 à 19 heures aura lieu le vernissage de l'Expo-Atelier « Au bout de nos ombres, la légende de l'amour sans fin ® », à la galerie Novera ou nous vous attendons pour voir les œuvres et écouter de la poésie et le récit du long chemin de la Méditerranée à la mer Noire, passant par l'île de Malte…

Galerie ouverte toutes les jours de 11h à 20h, du 18 au 25 mai 2015.

Expo-Atelier d’Arts, du 18 au 24 mai 2015

Galerie NOVERA: 2, rue Pierre Le Grand, 75008 PARIS, près de la Salle Pleyel

 

Recherche

26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 14:50

fig15.jpg

Il y a quelques années, je donnais des cours de dessin d’architecture dans une école de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, et il m’arrivait souvent de faire des remplacements en mathématiques et en français. Ayant la réputation d’un grand talent pédagogique, je n’étais soumis à aucune contrainte de programme à respecter, et l’improvisation sur des thèmes sémiotiques de mes cours pour les étudiants architectes a fait le bonheur de ces élèves de lycée professionnel; en français c’était la poésie et la latinité (il y avait toujours dans la classe des espagnols et des portugais) sur des thèmes de l’infini et du temps, en mathématiques sur la géométrie et les structures élémentaires de l’architecture. Attendant le livre de Jorge Luis Borges, j’ai trouvé une photocopie d’un texte que j’ai utilisé lors de ses séances de «culturalisation intensive»: c’est l’introduction bilingue du Livre de sable (El libro de arena); voici le premier paragraphe:

La linea consta de un numero infinito de puntos; el plano, de un numero infmito de lineas; el volumen, de un numero infmito de planos; el hipervolumen, de un numero infmito de volumenes .. No, decididamente no es éste, more geometrico, el mejor modo de iniciar mi relato. Afirmar que es veridico es ahora una convencion de todo relato fantastico; el mio, sin embargo, es veridico.

La ligne est composée d'un nombre infini de points, le plan, d'un nombre infini de lignes, le volume, d'un nombre infini de plans, l'hypervolume, d'un nombre infini de volumes ... Non, décidément, ce n'est pas là, more geometrico, la meilleure façon de commencer mon récit. C'est devenu une convention aujourd'hui d'affirmer de tout conte fantastique qu'il est véridique; le mien, pourtant, est véridique. (Jorge Luis Borges, El libro de arena – Le livre de sable, traduit de l’espagnol par Françoise Rosset, chez Gallimard en 1990)

Cet état de l’espace géométrique apparaît comme inépuisable et d’une durée sans fin et en même temps VRAI… more geometrico… j’ai l’intime conviction que les points de ce blog, forment des lignes, que ces lignes forment des plans, et les plans des volumes… et que l’histoire qui se tisse et sûrement Vraie… comme toutes les histoires fantastiques… L’histoire de Borges, ce «poète anarchiste paisible», vous la lirez certainement…

_________________________________

http://www.crivat.info/article-6305497.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel CRIVAT - dans Sémiotique
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Concours