Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Communiqué

Le 18 mai 2015 à 19 heures aura lieu le vernissage de l'Expo-Atelier « Au bout de nos ombres, la légende de l'amour sans fin ® », à la galerie Novera ou nous vous attendons pour voir les œuvres et écouter de la poésie et le récit du long chemin de la Méditerranée à la mer Noire, passant par l'île de Malte…

Galerie ouverte toutes les jours de 11h à 20h, du 18 au 25 mai 2015.

Expo-Atelier d’Arts, du 18 au 24 mai 2015

Galerie NOVERA: 2, rue Pierre Le Grand, 75008 PARIS, près de la Salle Pleyel

 

Recherche

13 juillet 2006 4 13 /07 /juillet /2006 21:07

LYON: «LE TRIANGLE DE L’EAU»

 

Les premiers éléments pour un projet de partenariat d’exception situé à Lyon sous le signe de l’ImmoDurabilité.

Situé autour de l’Usine des eaux de Caluire, sur la rive droite du Rhône, après le Pont Raymond Poincaré et le pont du chemin de fer, le bas de la Montée des Soldats et la Grande Rue de Saint-Clair, au-dessus du tunnel de Caluire et de celui du Quai de Bellevue.

«Le triangle de l’eau» fait face à la cité Internationale et au Parc de La Tête d’Or.

 

L’Association «l’Eau à Lyon et la Pompe de Cornouailles» a fait un travail remarquable pour la mise en valeur de ce monument technologique du 19e siècle et a imaginé il y a trois ans une «Cité de l’eau» sur l’emplacement de l’Usine de la Générale des Eaux.

 

En visite à Lyon, à l’invitation de Pierre Berruyer,  Président du Syndicat National des Entrepreneurs, Concepteurs et Réalisateurs de Stations de Pompage (SNECOREP), j’ai décidé de réunir les éléments nécessaires pour un projet de partenariat bien constitué :

« LE TRIANGLE DE L’EAU »

 

Emmanuel CRIVAT, juin 2006

_______________________

Le «contrat de partenariat», créé par l'ordonnance du 17 juin 2004, est censé lever les freins budgétaires à la modernisation de l'Administration. Il autorise tous les organismes publics (Etat, collectivités locales, établissements publics) et les personnes privées chargées d'un service public à mettre en place ce type de partenariat. Le PPP se distingue de la délégation de services publics par le mode de rémunération et par la répartition des responsabilités entre l'entreprise et l'Administration. Il partage les risques au cours de la phase de négociation commerciale. Le secteur privé n'est ainsi plus le seul à les supporter. Le PPP diffère des marchés publics dont la démarche est davantage centrée autour de choix techniques.

_______________________

Réunion de l’Association «l’Eau à Lyon et la Pompe de Cornouailles»

L'ordre du jour de notre prochaine réunion:

Mme LANFRAY, ancienne directrice du laboratoire d'analyse des eaux se propose d'être présente le jour ou l’on abordera le thème de la désinfection de l'eau à Lyon, mais elle ne peut pas être présente à la réunion du 7 Septembre, aussi nous vous proposons de modifier l'ordre du jour de la prochaine réunion, à savoir:

Jeudi 7 septembre 2006 à 17 heures

Projection du diaporama qui sera projeté sur le site lors des journées du patrimoine les 16 et 17 Septembre 2006

Journées du patrimoine

Les personnes qui peuvent assurer une permanence lors de ces journées peuvent me le signaler

Info ++  l'éclairage des bassins filtrants sera terminé pour ces journées.

Bien cordialement,

Edith PANOSSIAN

37, rue Saint Pierre de Vaise

69009 LYON

Tel: 04 72 19 67 39

mail : edith.panossian@laposte.net

___________________________

Voir aussi:

Le projet Tangent
L’idée de l’immodurabilité est issue, d’une part, de l’observation de la transformation de l’espace urbain et l’inscription de l’objet immobilier dans le temps, et d’autre part, de l’actorialisation du discours architectural au niveau de la ville et du territoire (l’objet d’une sémiotique de l’espace au sens de l’Ecole de Paris), dans l’esprit d’une large notion de développement durable.

D’une manière intuitive nous avons placé au centre des observations un nouveau type de «projet-process» conceptuel nourri de l’expérience de la conception à l’exploitation de l’objet urbain inscrit dans le développement territorial.

Dans un premier temps, le projet tangent est un projet qui se constitue à la marge des grands projets et qui accueille «les restes», les «actions de contestation» et «les acteurs imprévus» de ce que l’on appelle l’acte de construire.

Si on veut l’imaginer, sur le plan esthétique, le projet tangent n’est pas beau, son modèle mathématique doit ressembler aux fractales et les acteurs qui l’animent n’ont pas de compétences spécifiques attachées à un registre quelconque de métiers.

Le projet tangent peut ressembler à une offre de services qui n’existe pas encore.

Le projet tangent est comme une externalisation des actifs immobiliers avec les principes développement durable…

 

Sa première manifestation est visible dans la métamorphose des terrains de Clichy Batignolles

© Emmanuel CRIVAT 2006 Le projet tangent (association 1901 en cous)

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel CRIVAT - dans ImmoDurabilité
commenter cet article

commentaires

Site classé monument historique 13/07/2006 22:20

USINE DES EAUX, Rhône-Alpes - RHONE - Caluire-et-Cuire, 2, avenue de Poumeyrol, Site protégé, Site classé monument historique.
 

Bâtiment qui abrite la pompe à eau, bassin de bas-service et bassins filtrants (cad. AV 31, 45) : inscription par arrêté du 3 novembre 1988 - Machine à vapeur, dite de Cornouailles (cad. AV 31) : classement par arrêté du 22 mars 1991
 


 

Usine construite en 1854 par l'ingénieur Aristide Dumont, pour
la Compagnie Générale
des Eaux à qui la ville de Lyon avait confié le monopole de distribution. L'ensemble de l'usine et du réseau de distribution est mis en fonctionnement en 1857. Les trois pompes de Cornouailles, qui fonctionnaient à la vapeur et qui servaient à pomper et à refouler l'eau du Rhône, seront utilisées jusqu'en 1910. Deux pompes sont démontées en 1938. Une seule a été conservée, c'est le dernier engin de ce type subsistant en France et l'unique témoin de cette technique. L'usine des eaux de Saint-Clair, sur la rive droite du Rhône, formait à l'origine un véritable complexe dont subsistent : 1/ les bassins de bas service et de filtration, permettant le captage, la circulation et la décantation des eaux du Rhône (ce sont de vastes caves, soutenues par des piliers, qui ne sont plus utilisées depuis 1973, mais auxquelles on peut encore accéder) ; 2/ l'usine des eaux proprement dite, bâtiment aux dimensions peu imposantes, de style néo-classique, composé d'un corps central à deux niveaux et de deux ailes symétriques dans le même alignement. La machine de Cornouailles que l'usine conserve, a été construite au Creusot par Schneider. C'est un ensemble gigantesque s'étageant sur 13 mètres de hauteur. Le balancier en fonte a la forme d'une navette de 7 mètres de long, pesant 35 tonnes, et calé par des poutres. Il est relié d'un côté à la pompe et de l'autre à un piston qui a 1 mètre de diamètre et avait une course de 2, 5 mètres. Cette machine avait une force de 175 cv ; il y avait entre 6 à 10 coups de piston par minute, chacun des coups refoulant 2 mètres cubes d'eau. La machine est en acier et les coussinets en bronze. (DUMONT Aristide (ingénieur))
 


 

 

Emmanuel CRIVAT 13/07/2006 22:34

Merci

Articles Récents

Concours